Le Commerce ? Kécécé ?

"Primitivement, le commerce renvoie à une réalité où les rapports humains et les échanges économiques se déroulent essentiellement dans un cadre de voisinage géographique."

L’origine du commerce

« Primitivement, le commerce renvoie à une réalité où les rapports humains et les échanges économiques se déroulent essentiellement dans un cadre de voisinage géographique. » [Source Wikipédia]

Dans les médias de masse, le mot Commerce est souvent affublé d’adjectifs gigantesques (commerce international, mondial, planétaire) inversement proportionnels à leur degré d’humanité.

Comme si la « moralité d’une « personne morale » se dissolvait dans son gigantisme.

A l’inverse, vous avez sûrement remarqué, dès qu’on parle de « Commerce Local », les sourires reviennent et les visages s’ouvrent. La question n’est souvent même plus « combien » mais « à qui » on achète : c’est un savoir faire qu’on reconnaît, par un produit ou un service aseptisé..

Dès qu’on parle de commerce « local » la partie immergée de la transaction émerge.

Pas la partie « monétaire » : tout le reste, vous savez bien… « L’essentiel » en fait.

Cet essentiel, c’est précisément ce qui est commun a toutes nos cultures.

Mais chaque culture a ses mots.

En français, on dira « mon commerce » : il y a le co de co-pain, co-llègue, co-opérative…. c’est un dialogue.

Chez nos voisins espagnols, « mon commerce » se dit « mi négocio », et c’est la clameur d’un marché de village et ses négoces qu’on entend.

Chez nos voisins anglais, « mon commerce » se dit « my business »…. my busy… ness…. en fait, « mon occupation », voilà qui introduit une autre liberté d’entreprendre…. on se sent déjà moins pris dans une entre-prise.

Alors on peut rouméguer.  mais il est beaucoup plus simple et constructif d’accepter l’idée que des choses aussi évidentes a priori que le commerce puisse avoir des reflets si différents chez nos proches voisins.

Dès que l’on passe à l’échelle supérieure, au niveau multinational, on parle alors de « Corporation » ou de « Company »… un peu comme une compagnie militaire…. et ça change tout:

N’allez pas en vouloir à nos z’amiricains : comme chez nous, beaucoup sont inquiets de tout cela. Comme nous, beaucoup se font « Trumper » par des irresponsables, pilotés par des lobbies.

Comme nous, ils sont souvent dirigés par des crétins :

commerce « Le problème avec les français, c’est qu’ils n’ont pas de mot pour dire entwepweneur' »- G.W. Bush, celui la même qui a déclenché des guerres, des crash financiers….

Alors ? On lui montre ?

2 commentaires

    1. Le E-Collègue

      On a attaqué il y a deux semaines… Allez.. Rdv jeudi prochain ?

Laisser un commentaire