Internet : très peu pour moi merci

C'est vrai qu'on ne peut pas se sentir concerné avant d'avoir compris, essayé, et puis un jour on dit : Si seulement on m'avait dit !

“Internet, c’est pas pour moi.”

J’entends souvent cette réponse et c’est vrai que dans certains cas, on s’en passe très bien. Si votre réponse est “Oui” à toutes les questions suivantes, c’est votre cas :

  • J’ai largement assez de travail pour vivre.          Oui / Non
  • Mon activité ne m’impose aucune contrainte administrative.          Oui / Non
  • J’adore remplir des papiers administratifs.          Oui / Non
  • Mes clients me trouvent toujours sans aucun problème.         Oui / Non
  • Tout est dans mon agenda papier, je n’ai jamais raté le moindre rendez-vous ou perdu le moindre numéro de téléphone.         Oui / Non
  • Même à titre personnel, je ne me sert jamais d’internet.         Oui / Non

Au moins un “Oui” aux questions qui précèdent, vous passez à côté de quelque-chose.

Aux tous débuts de l’automobile, saviez-vous qu’il fallait commander son châssis chez un artisan, puis son moteur chez un autre et enfin sa carrosserie chez un autre encore ? Les temps changent, les mêmes questions se posent.

Aujourd’hui, certains peuvent même se passer de savoir qu’il y a un moteur sous le capot : on fait le plein, ça roule, il faut juste passer de temps en temps chez un spécialiste qui s’occupe du tout, sans que vous ayez à comprendre quoi que ce soit.

Il y aura toujours quelques passionnés qui aiment “mettre les mains dans le camboui”, mais globalement, ça roule.

Une nouvelle technologie ne rend vraiment service que le jour où elle “disparaît sous le capot.”

L’informatique, est allé très vite, très très vite. Aujourd’hui, un enfant est capable de se servir d’une tablette tactile avant même de savoir parler ou même marcher.

A titre professionnel, difficile de prendre le temps de mettre en place un plan d’action pour s’y mettre, alors voici quelques clefs :

Ai-je besoin d’avoir mon propre site internet ?

Non

Principalement pour des métiers artisanaux (cordonnier, plombier…), pour qui un simple référencement sur des outils gratuits (Google Maps etc) et quelques annuaires spécialisés payants suffira.

Mais cela ne durera pas longtemps, un géant a vite fait d’accaparer tous les liens d’un écosystème pour les soumettre à son modèle économique : “Quand c’est gratuit, c’est toi le produit”.

Les annonces VIP = Vraiment in Ze Pic sont faites pour vous.

Oui

C’est le cas pour la plupart des métiers déjà fortement représenté par de gros sites annuaires spécialisés (on pense au tourisme bien sur).

Le paysage numérique qui reflète ces métiers est déjà occupé par des géants.

Il est quasi indispensable d’avoir son propre site pour émerger de la masse.

Encore faut-t-il que ce site soit lui même lié à des sites un peu plus vastes ou complémentaires, à toute une série d’outils de référencement.

“Sois proche de tes amis, encore plus proche de tes ennemis.”

Dans les deux cas donc, cela n’exclut pas un travail personnel minimum.

Cela commence par l’utilisation des outils Google My Business et consorts. Mais nous y reviendront dans un prochain article.

Le E-Collègue internet combien ça couteCombien ça coûte ?

Plus vous voudrez que votre site émerge de la masse, plus il devra être unique, tout en étant en cohérence avec les types de site connus dans votre branche : présentation, charte graphique, ergonomie etc.

Il faut que vos visiteurs trouvent des repères connus, sinon… Ils passent à autre chose.

Le tout gratuit :

On en revient au “quand c’est gratuit c’est toi le produit.”

Méfiez vous des offres alléchantes qui vous proposent tout pour pas un rond (hébergement, création d’un site, etc.). Aucune société ne travaille gratuitement.

L’objectif caché est généralement de pomper vos contenus et vos coordonnées pour remplir d’énormes bases de données.

Vos données qui pourront ensuite Simuler à un succès massif et vous facturer une fortune des services complémentaires pour sortir du lot. Au passage, vos données seront le plus souvent revendues pour vous envahir de spam.

Par exemple, il ne coûte rien d’avoir une page sur TripAdvisor.machin . Mais si vous voulez que vos coordonnées de contact y figurent, cela coûte au minimum 880 €/an pour une maison d’hôtes, pour une offre minimale. Il en est de même pour la plupart de ces grosses machines.

Alternativement, vous trouverez des offres qui ne demandent pas de mise de fond mais prennent une commission sur vos ventes, généralement 15%…

Ces commissions partent presque en intégralité vers des paradis fiscaux comme on le sait. Les deux modèles coexistent, ce qui complique encore un peu la donne.

Pour un travail sérieux :

Faites appel à un pro, un vrai. Rencontrez le en chair et en os : il doit comprendre qui vous êtes, quels sont vos objectifs etc.

D’un simple site “mono-page” (qui peut très bien vous suffire) à un site marchand complet, sécurisé et tralala, comptez, pour être sérieux, de 500 € à 5000 €.

Ça les vaut !

Par exemple, le présent site m’aura demandé plus de 200 heures de travail, de achats de différentes licences, avant de commencer à pouvoir vous inviter à vous y inscrire.

Pas tout pigé ? Mal au crâne ?

Laisser un commentaire